7 questions à Matthieu d’Epenoux de Cocktail Games


3286349_980a448c-45a8-11e3-aa7c-00151780182c_640x280

Matthieu d’Epenoux

Après avoir dédié mes premières 7 questions principalement à des créateurs, il était temps d’avoir un point de vue un peu différent avec le coté de l’édition de la publication de jeux. Alors vous allez me dire que Mr d’Epenoux, dirigeant de la société Interlude qui édite des jeux Cocktail Games, est lui aussi un créateur puisqu’il a créé entre autre Contrario et Illico Presto! Oui il est vrai que Matthieu d’Epenoux est un créateur mais c’est en tant qu’éditeur qu’il a répondu aux 7 questions.

Matthieu est donc le «boss» d’une multinationale de 4 personnes qui sort sur le marché entre 6 et 12 jeux par an. Des jeux qui sont rapides, simples et presque tous conditionnés dans une petite boite métallique ce qui est facile à transporter chez vos amis ou en famille afin de partager un bon moment de convivialité et de rires. Beaucoup de ces jeux édités ont reçu des récompenses (en exemple le Spiel des Jahres 2013 pour Hanabi!) et parmi les jeux qui peuvent ce jouer à partir de 5 ans ( Fairy Tales…) pour certain et avec jusqu’à 20 joueurs ou plus pour d’autre ( Comédia, Killer party,…), vous trouverez des jeux d’ambiance, collectifs, éducatifs ou encore stratégiques qui peuvent se jouer pendant 15 minutes à 45 minutes.

Il va sans dire que vous trouverez votre bonheur dans les jeux édités pas Cocktail Games.

Voici donc les 7 questions à Matthieu d’Epenoux

1- Quel âge aviez vous lorsque vous avez joué à votre premier jeu de société et qu’était-il?

«A l’âge de 10 ans j’imagine. Je me souviens des classiques parties de Monopoly et 1000 bornes en famille. J’ai aussi beaucoup joué avec mon père à l’Attaque qui est un jeu très proche de Stratégo.»

2- Pourquoi et comment avez vous décidé d’éditer de publier des jeux de sociétés?

«Disons que cela s’est un peu fait accidentellement. J’ai créé Interlude en 1997 avec l’idée d’amener le jeu dans les entreprises au travers d’animations structurées destinées à répondre à des besoin en communication interne et externe. La société a démarré difficilement et explosé en chiffre d’affaires dès la deuxième année. Qui dit jeux organisés, dit aussi challenges et lots. Et force est de constater que les jeux que j’achetais comme lots ne me convenaient pas. J’avais dans les tiroirs un jeu nommé Contrario (co-créé avec Roberto Fraga et Odet l’Homer) que j’ai décidé d’éditer mais sans volonté de le mettre dans un réseau de distribution classique. Comme les retours sur ce jeu étaient excellents, j’ai approché quelques boutiques et le réseau Descartes qui a pris la décision de le distribuer. C’est là que j’ai appris ce qu’était un distributeur, des marges de distribution et pas mal d’autres choses. Comme cela a fonctionné on a continué avec Illico Presto et Unanimo puis les 10 premiers jeux de poche. Cela arrive!»

3- Quel sont vos 3 jeux de société favoris et pourquoi?

«Ils sont bien différents :

Quoridor, un des meilleurs jeux abstraits qui soit

Les Aventuriers du Rail, le jeu de plateau familial par excellence

Durch die Würste, un jeu un poil plus complexe que les deux précédents mais qui est formidable.»

4- Pour vous quel est la meilleur combinaison pour être publié/édité avec succès?

«Avoir une belle idée… C’est de là que çà part et autour d’elle que tout s’articule…»

5- Comment procédez pour publier un jeu?

« Editer un jeu c’est évaluer le risque et les chances de succès de son « futur bébé ». Même s’il y a une part d’irrationnel dans n’importe quel produit, il faut essayer de « sécuriser » au maximum son investissement en testant notamment en milieu non complaisant pour avoir des retours justes sur la chose et soit améliorer le projet de départ, soit y renoncer. Il faut aussi être convaincu que le produit que l’on s’apprête à mettre sur le marché est le meilleur que l’on a jamais publié jusque là sans cela autant changer de métier. Je trouve que le secteur professionnel est trop blasé, que la capacité d’émerveillement se fait de plus en plus rare et que l’on a tendance aujourd’hui à prendre le client final (qui est notre patron, ne l’oublions pas) pour une poire que l’on peut presser quand on a besoin de lui. »

6- Quel conseils donneriez vous à quelqu’un souhaitant être publié/édité?

1) Croire en son idée ;

2) Observer les tests de son jeu sans y participer et tirer les conclusions qui s’imposent ;

3) Ouvrir les yeux et regarder ce qui se passe en France mais aussi à l’étranger.

En bref être curieux de tout…

7- Pourriez vous nous donner une petite information sur votre prochain projet?

«Dans les tuyaux, MIMTOO FAMILY, une version pour les plus jeunes de MIMTOO.

Egalement KALEIDOS JUNIOR (même remarque que pour Mimtoo) et Perlinpinpin, l’adaptation française de Sleeping Queens qui est un jeu édité par Gamewright et un énorme carton aux Etats-Unis.»

Merci beaucoup Mr d’Epenoux pour avoir pris le temps de répondre aux 7 questions.
Pour plus d’informations sur Cocktail Games et leur séléction de jeux, visitez ce liens : http://cocktailgames.com/fr/cocktailgames/accueil
cocktail-games

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s