7 questions à Nicolas Guibert de Happy Meeple


Nicolas Guibert
Nicolas Guibert

Nicolas Guibert de Happy Meeple

Le monde du jeu regroupe toute sorte de personnes, des créateurs, des illustrateurs, des éditeurs, des vendeurs, des passionnés et des gens qui font le lien entre les jeux de société et les technologies modernes comme les ordinateurs et les toutes autres plateformes. On voit actuellement de plus en plus de jeux de société très connus aller sur différentes plateformes.

Nicolas Guibert a pris ce parie en 2012 en créant un site de jeux de société en ligne : Happy Meeple. Alors bien sur cela reste différent des jeux de société classiques ou modernes, l’inter-action est réduite mais le plaisir et le défi sont aussi intéressants. Avec un jeu comme Les Cités Perdues, qui est de toute façon un jeu à 2 joueurs, Happy Meeple est une alternative au problème que certains ont : trouver un autre joueur.  Je vous recommande donc d’essayer Les Cités Perdues en ligne ainsi que tous les autres jeux de société en ligne que Happy Meeple vous propose.

En attendant, voici les 7 questions à Nicolas Guibert de Happy Meeple.

1- Quel âge aviez vous lorsque vous avez joué à votre premier jeu de société et qu’était-il ?

«Ouh là ! Je n’ai aucun souvenir de mes premières parties. Comme tout le monde, j’ai joué au Monopoly, Risk, Scrabble et je me souviens de sacrées parties de Scotland Yard, surtout lorsque mon père mettait la casquette de Mister X.

Ce qui est sûr, c’est que j’ai toujours été très attiré par les jeux sans avoir malheureusement beaucoup de partenaires à disposition.»

2- Pourquoi et comment avez vous décidé de créer Happy Meeple ?

« L’idée d’Happy Meeple m’est venue après avoir pratiqué  1) les jeux de société modernes, 2) les jeux de société sur Iphone/Ipad, et enfin, j’ai honte de le dire 3) le très populaire Farmville, symbole-même de la vague « casual gaming » qu’on pourrait vaguement traduire par « jeu en ligne pour tous ».

A l’époque, la société Zynga faisait jouer 300 millions de personnes par mois sur ses différents jeux (aujourd’hui seulement 90 millions, c’est King qui a pris largement la place de leader) et il m’est apparu possible de faire un croisement entre « casual gaming » et « board gaming ». Bref, d’inventer modestement le « casual board gaming ».

Par définition le casual gaming s’adresse au grand public et l’idée était, et reste, de rendre le jeu de société moderne accessible au plus grand nombre. C’est pour cela que j’ai voulu qu’Happy Meeple propose 1) des jeux relativement simples, 2) des tutoriels pour chaque jeu, 3) une interface simple et multilingue.

Ceux qui ont pratiqué les jeux de société modernes savent que ces jeux ont en leur coeur des mécaniques plaisantes et efficaces. Dans tout jeu, le game-play est la chose la plus importante. Vous pouvez mettre tous les effets spéciaux du monde. Si le mécanisme de base du jeu n’est pas convaincant, le jeu ne trouvera pas de public. Avec des jeux de grande qualité comme les Cités perdues (Lost Cities), j’étais certain de ne pas avoir de souci de ce côté-là. Et je reste aujourd’hui convaincu qu’il y a une place pour le « casual board gaming » sur cette planète. »

3- Quel sont vos 3 jeux de société favoris et pourquoi ?

« D’abord Carcassonne, parce que c’est un jeu extrêmement fin et pourtant extrêment simple d’accès et grand public. Ensuite Dominion et Race For The Galaxy. Ces deux jeux ont une grande rejouabilité, une grande dimension stratégique mais aussi une part de hasard non négligeable, les trois points étant d’ailleurs relativement liés à mon sens. » 

4- Pour vous quel est la meilleure combinaison pour un jeu à succès ?

« Dans une ancienne vie, je pratiquais le jeu de dames en compétition. Un ancien champion français Marcel Bonnard a écrit : « Si l’idéal d’un jeu de combinaisons est d’aboutir au maximum de difficultés en partant du minimum de complications conventionnelles, le jeu de dames est bien près de la perfection ». Je crois que cette phrase s’applique merveilleusement bien aux jeux de plateau.

On connaît le problème que posent les règles. Personne, à part quelques geeks dont je fais partie, n’a envie de lire les règles et c’est un frein majeur à la pratique du jeu de société. Bien sûr, cela n’est pas une règle absolue car un jeu comme Catane dont le succès n’est plus à mettre en doute, a des règles denses et loin d’être épurées. Mais je crois qu’un jeu moderne se doit de rechercher l’épure. Cela semble d’ailleurs être un point assez généralement admis aujourd’hui parmi les games designers aussi bien que par les éditeurs. »

5- Comment avez-vous procédé pour créer Happy Meeple ?

« La première étape a été de sélectionner des jeux répondant aux critères que je m’étais fixé. J’ai probablement testé une centaine de jeux. Ensuite, j’ai contacté les auteurs ou les éditeurs selon les cas afin d’obtenir les droits. En parallèle, j’ai commencé le travail de développement de la plateforme et des jeux en ajoutant briques après briques et également créé la société « Games in Mind« . En juin 2011, je présentais le projet au UK Game Expo à Birmingham en disant que le site était lancé. En réalité, j’étais optimiste car de nombreux ajouts et finitions (illustrations et traductions par exemple) ont repoussé le lancement officiel à mars 2012.

Le travail de promotion a alors commencé avec la rédaction d’un gros dossier de presse en anglais et en français (j’ai l’impression que personne dans le milieu du jeu de société ne l’ a parcouru, à mon grand désarroi. Pratiquement personne n’écrit sur le jeu en ligne.) de la création d’une page Facebook, d’un compte Twitter, d’une page Google +, et enfin de la mise en place d’une newsletter. Tout cela prend beaucoup de temps à animer. L’année dernière, j’ai aussi beaucoup expérimenté avec les publicités Facebook, Google, et même sur Boardgamegeek.

Parallèlement le développement de la plateforme a bien sûr continué. Nous avons mis à disposition un 5ème jeu (Keltis Ór, inédit de Knizia), ajouté son et musique, amélioré nos systèmes de classement et nos pages d’aide, repris notre méta-jeu avec un travail magnifique de notre illustrateur Pedro Soto.

J’ai mis en place le projet tout seul, mais devant l’ampleur de la tâche, j’ai finalement décidé d’embaucher quelqu’un, ce qui permettra de faire avancer les choses plus vite. » 

6- Quels conseils donneriez vous à quelqu’un souhaitant créer un site de jeux ?

« De le faire pour le plaisir. Il y a tellement de concurrence aujourd’hui, que ce soit sur le web ou sur le marché des apps que seuls quelques heureux élus tirent vraiment un bénéfice de cela. Ou alors, il faut faire partie d’une start-up dont le financement a été assuré par des business-angels qui sont alors ceux qui assument le risque. »

7- Pourriez-vous nous donner une petite information sur votre prochain projet ?

« Nous espérons sortir deux nouveaux jeux d’ici l’été. L’un vient d’un auteur français, l’autre d’un auteur allemand. Ils ont été publiés en 2013 et 2012 respectivement. Ils seront sur Happy Meeple de manière exclusive.

Bien entendu, nous souhaitons également améliorer encore la qualité du site et ses fonctionnalités. En particulier, nous allons continuer à développer le méta-jeu, mais aussi un mode « Tournoi », un mode « Jeu entre amis », etc.

Nous espérons faire de nouveaux partenariats avec les acteurs du monde ludique (éditeurs, sites web, boutiques en ligne). Nous avons depuis peu un système qui permet aux joueurs de gagner des pièces d’or en échange d’une petite visite de 20 secondes sur le site d’un partenaire. Ce système représente un outil de promotion extrêmement pratique pour les boutiques bien entendu mais encore plus pour les éditeurs qui souhaitent promouvoir un jeu de manière efficace. Les taux de clic sur une publicité classique sont extrêmement faibles. A contrario, notre système garantit une oreille attentive de la part du joueur qui est d’autant plus heureux de participer qu’il a quelque chose à gagner.

Enfin, nous organiserons encore de nombreux concours sur Facebook. Si tout va bien. Là aussi, c’est une bonne façon pour les éditeurs de faire connaître leurs jeux. »

Merci Nicolas pour avoir pris le temps de rèpondre aux 7 questions et pour plus d’informations sur Happy Meeple :

http://www.happymeeple.com/fr/

Happy Meeple

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s