7 questions à Etienne Espreman


 

Etienne Espreman

La Bière, les gauffres, le Manneken Pis, le palais Royal nous sommes à Bruxelles la capitale de la Belgique. Bruxelles est la ville ou vit la personne qui va répondre aux 7 questions : Etienne Espreman.

Etienne qui est originaire de Liège, travaille à la maison de Justice à Bruxelles et il est le créateur de Bruxelles 1893 édité par Pearl Games et illustré par Alexandre Roche. Bruxelles 1893 est un jeu de placement d’ouvriers dans le Bruxelles des arts nouveaux. Ce jeu a été nominé pour l’As d’Or de Cannes 2014 et il a reçu Legrand Prix.

Etienne est également le co-créateur avec Frédéric Delporte et Fabrice Beghin de Essen the Game, un jeu qui sortira prochainement sur le thème du salon d’Essen ou vous devrez gérer votre budget et votre liste de jeux favoris pour acheter ces jeux afin de gagner la partie. Essen the Game a reçu ce weekend le prix du meilleur prototype 2014 à LudiNord ! Et j’y étais !

Voici les 7 questions à Etienne Espreman.

1- Quel âge aviez-vous lorsque vous avez joué à votre premier jeu de société et qu’était-il ?

« Bonjour tout le monde.
Je ne saurais dire le nom de ce jeu mais je me souviens que, j’avais à peine 5 ou 6 ans, une de mes tantes, chez qui j’allais passer mes vacances en Ardennes, avait un jeu dont le plateau représentait un parcours à travers des forêts et des montagnes. Chaque joueur était un chasseur et, sur le parcours, il fallait chasser des animaux (à coups de dés) et rentrer le plus vite possible au point de départ.
Sinon, je me souviens surtout de Monopoly, La Bonne Paie, Destin, Cluedo, Stratego,… sans oublier « Attrape-Souris » ! J’ai d’ailleurs toujours aimé attraper les souris. 😉 »

2- Pourquoi et comment avez-vous décidé de créer des jeux de sociétés ?

« En y repensant, c’est à peu près au même âge (vers 6 ou 7 ans) que j’ai fait mon premier proto. Enfin, quand je parle de « proto », entendons-nous bien ! J’ai reçu quelques coureurs cyclistes en métal (paraît que c’est collector maintenant ces choses-là !) et je ne savais pas trop quoi faire avec. Alors, j’ai pris un vieux carton et dessiner un parcours. Pour mon âge, c’était déjà élaboré car je me rappelle avoir dessiné de larges routes (où plusieurs cyclistes pouvaient tenir côte à côte), des cols (rétrécissement du parcours), et même des descentes et des montées. Ils avançaient à coups de jets de dés (et les dés faisaient +1 dans les descentes et -1 dans les montées). On était quand même bien loin de Leader One.

En ce qui concerne « Bruxelles 1893« , il y avait longtemps que je voulais faire un jeu sur Bruxelles. Me manquait juste le thème. Et c’est en regardant une émission sur l’Art Nouveau que l’inspiration m’est venue.
A vrai dire, à l’époque, j’ai eu deux idées de jeu sur Bruxelles. L’autre concernait la reconstruction de la Grand’Place après le bombardement de la ville par les troupes de Louis XIV en 1695. Toujours une histoire de construction donc mais avec une mécanique tout à fait différente, que je trouvais originale à l’époque mais beaucoup moins maintenant… puisqu’il s’agit d’un empilement de dés, comme dans Blue Prints. Ceci dit, à part ça, il semble que ce dernier ne ressemble en rien à « Bruxelles 1696 » (c’est ainsi que je l’avais baptisé). A voir…

Quant au « pourquoi »… allez savoir. Pour ma part, il n’y a eu aucun objectif secret. Je suppose que c’est une phase naturelle lorsqu’on est passionné de jeux et qu’on a tout à coup une idée… »

3- Quels sont vos 3 jeux de société favoris et pourquoi ?

« Difficile d’en sortir 3. Ca varie en fonction de mes envies. J’adore Railroad Tycoon, pour moi le meilleur jeu de train, surtout à cause du matériel et de cet immense plateau qui plonge le joueur en plein western. Je le trouve thématique à souhait.
En général, je suis fort attaché aux thèmes forts. Ce qui ne m’empêche pas d’aimer les autres aussi. Dans la cuvée 2013, j’aime beaucoup Russian Railroads, Nations et Rokoko. Oui, je suis plutôt eruogames. »

4- Pour vous quel est la meilleure combinaison pour un jeu à succès ?

« Il faut d’abord définir le mot « succès ». En termes de jeu, c’est quoi le succès ? Un jeu vendu en millions d’exemplaires ? Un jeu primé à l’As d’Or (;-)) ? Personnellement, je pense qu’un jeu à succès est un jeu qui, avec le temps, devient un classique… même s’il n’est pas distribué en masse.

Je dirais donc que c’est un jeu qui doit « accrocher », par son thème ou sa mécanique, mais qui doit aussi susciter l’envie d’y revenir, en créant le sentiment que, malgré la xième partie, on n’en a pas encore fait le tour et que, la prochaine fois, on essaiera de l’aborder sous un angle différent.

Enfin, et surtout, il faut également avoir la chance de rencontrer le bon éditeur. Car l’idée, la plus géniale soit-elle, n’est rien si elle n’est pas exploitée au mieux. Si « Bruxelles 1893 » est ce qu’il est, c’est grâce à Sébastien Dujardin (Pearl Games). Le travail éditorial qu’il a effectué est exceptionnel, tant au niveau des idées qu’il a apportées qu’au choix de l’illustrateur. J’ai toujours aimé ses jeux et je ne voyais personne d’autre pour éditer « Bruxelles ». Merci à lui. »

5- Comment procédez pour créer un jeu ?

« Je pense qu’il n’ y a pas de recette miracle et que ça tient surtout à la personnalité de chacun. Personnellement, j’avoue être un indécrottable adepte de la procrastination. Pour « Bruxelles », par exemple, ça m’a pris des mois de réflexion avant de commencer à matérialiser mon premier proto. Le jeu , pratiquement tel qu’il est aujourd’hui dans sa mécanique générale, existait depuis longtemps dans ma tête avant que je ne me mette à l’ouvrage.

Pour « Essen the Game« , que je fais avec deux amis, il en va tout autrement. J’ai à peine le temps d’émettre une idée ou une suggestion, que Frédéric et Fabrice la matérialisent et qu’on peut déjà la tester le lendemain ! De vrais acharnés ces deux-là ! 😉
Faut reconnaitre que ça fait vachement avancer le schmilblick. Et puis, à trois, c’est quand même beaucoup plus facile (surtout pour les tests ! 😉 ) »

6- Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un souhaitant créer un jeu de société ?

« Là encore, pas de recette miracle ! Il faut d’abord être passionné. Il faut savoir se remettre en question et ne pas craindre la critique, positive ou négative, car c’est elle qui fait avancer les choses. »

7- Pourriez-vous nous donner une petite information sur votre prochain projet ?

« Je travaille sur une extension de « Bruxelles 1893« . je l’ai déjà fait tourner maintes fois et j’en suis assez content. Mais ce n’est encore qu’un projet.

Je travaille également sur un jeu, avec les deux amis précités, dont le thème n’est autre que le célèbre salon du jeu de ESSEN. Cette idée a germé lors d’un weekend-jeu organisé par Frédéric et, comme on n’en est pas à une folie près, on a décidé de le pousser un peu. On a alors demandé à des dizaines d’éditeurs si l’on pourrait utiliser leur logo sur le plateau et tous ont dit « oui ». Ce fut très motivant pour nous. C’est très sympa de voir que le milieu du jeu de société n’est pas un milieu corrompu par l’esprit de concurrence ou de méfiance.
Comme je l’expliquais, à trois, on travaille beaucoup plus vite que seul et « Essen » a fortement évolué au cours des dernières semaines.
On a simplifié la mécanique au maximum pour ne garder que le substrat et je peux aujourd’hui affirmer qu’il tourne comme une horloge suisse. En ce qui concerne le thème, le moins que l’on puisse dire est qu’il est rendu à 100%.C’est un jeu où il faut acheter d’autres jeux. Et, croyez-moi, plus vous en achetez, plus vous vous sentez encombré !

On pense l’éditer nous-même via un crownd funding pour deux raisons. D’abord parce qu’on a envie de pousser l’aventure jusqu’au bout entre potes. Ensuite, parce que ce jeu présente 60 éditeurs, de tous gabarits et de tous pays, et on préfère garder une certaine neutralité vis-à-vis de chacun.

Merci Etienne pour avoir répondu aux 7 questions. On attend avec impatience la sortie d’Essen the Game.Pour plus de renseignements, vous pouvez les suivre sur: https://www.facebook.com/ESSEN.the.game?ref=br_tf

Bruxelles 1893

Publicités

Une réflexion sur “ 7 questions à Etienne Espreman ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s