7 questions à Farid Ben Salem


Farid Ben Salem
Farid Ben Salem. Carré & Kawaii Photographie

Dans le monde du jeu, j’ai interrogé des créateurs de jeux, des illustrateurs, des éditeurs, etc… Mais jamais encore de personnes qui enseigne le jeu! Aujourd’hui c’est Farid Ben Salem qui répond aux 7 questions.

Ce père de famille de Paris est un touche à tout. Il est : maitre d’armes, chef de projets, rédacteur pour les magasines Casus Beli et Ravage, inventeur, créateur de jeu ( SpellShot, un jeu hybride à succès édité par Hasbro en Amérique du Nord), il a aussi travaillé sur la réécriture de Détective Conseil pour Ystari. Comme je le mentionné précédemment, Farid est enseignant en game design, jeux de table et gamification à Sciences Po, E-ArtSup, Paris 8 et Paris 3. Et si cela ne suffisait pas, Farid est également présentateur sur la WebTV GameStars! Tout cela pour desservir son objectif : “faire connaître le jeu au plus grand monde et les vertus du jeu”.

Sans attendre voici les 7 questions à Farid Ben Salem.

1. Quel âge aviez-vous lorsque vous avez joué à votre premier jeu de société et qu’était-il ?

« En fait, sans compter les très grands classiques, j’ai beaucoup créer de jeux ou recopier des jeux avant d’y jouer. Du fait que j’avais un père très sévère, pour qui seuls l’école et le conservatoire étaient importants, j’ai eu peu de jeux et jouets. Du coup, lorsque je jouais à un jeu chez un ami, rentré à la maison je m’empressais de le recréer d’après mes vagues souvenirs avec du papier, du scotch et des crayons. J’ai même créé un flipper en carton que mes camarades adoraient. Le premier vrai jeu auquel j’ai joué, pour moi, est D&D. Une vraie gifle, découvert dans Jeux et Stratégie à l’époque. Les premières parties furent éprouvantes et chaotiques mais ce fut une bonne leçon pour la suite. »

2. Pourquoi et comment avez-vous décidé de d’enseigner la création de jeux de sociétés ?

« En fait, j’enseigne l’escrime depuis plus de 20 ans auprès des enfants et des adultes, et je faisais régulièrement de la formation de par mes anciennes professions dans le privé. Du coup, un de mes élèves à l’escrime, responsable des licences à P8 qui cherchaient de nouveaux vecteurs pour les étudiants en sciences de l’information et de la communication, m’a demandé si je me sentais d’enseigner la création de jeux de société auprès des jeunes de par mon background. J’ai évidemment sauté sur l’occasion et ce fut une première expérience concluante. 30 élèves m’ont remis comme projet de fin d’année des proto. de jeux de plateau alors qu’ils n’y connaissaient rien au départ. A part les jeux vidéo. J’ai été bluffé. Par la suite, j’ai eu différentes demandes dans des grandes écoles et des universités. Voire l’animation de workshop auprès de professionnels. »

3. Quel sont vos 3 jeux de société favoris et pourquoi ?

« Alors je suis plutôt jeux dits à l’américaine, je suis plus dans l’ambiance et l’immersion que dans le calcul. Sans conteste, le premier est BattleStar Galactica le jeu de plateau de FFG. Jamais vu une retranscription aussi plaisante et aussi fidèle d’une série. Chaque partie est tendue et il est possible d’interpréter le personnage que l’on joue. En deuxième position, je mettrai RuneAge, encore de chez FFG, parce que c’est un deck building, je suis fan de ce type de jeux, mais que Corey Konieczka (je brûle un cierge au nom de saint Corey, le saint des game designer, tous les dimanches) a su en faire un jeu à thème, immersif et scénarisé. Et toujours chez FFG, désolé, le jeu de rôle Edge of the Empire, une merveille de technique ludique, la Rolls-Royce du JDR. »

4. Pour vous quelle est la meilleure combinaison pour un jeu à succès ?

« Soit vous décidez de faire un jeu grand public, qui peut toucher toutes les classes, tous les âges, et est facile d’accès, soit vous touchez un public niche de gamers, ou un type de gamers, avec des mécanismes qui leurs correspondent. Dans les 2 cas, ce n’est pas évident, surtout si on cherche à gagner de l’argent avec. Le principal étant de ne pas en perdre. L’approche est différente et les vecteurs de distribution ne sont pas les mêmes. Pour moi, le bon jeu à créer est le jeu qui donne envie à soi-même. Bosser sur une commande n’est jamais évident. Je bosse sur des jeux qui concernent les 2 publics et le plaisir est différent. »

5. Comment procédez pour créer un jeu ?

« L’idéal est d’avoir sous la main quelques cobayes, qui vont vous être utiles dès que vous avec des idées sur une ou des mécaniques. Il est indispensable d’avoir les outils et matériaux de base qui vont vous permettre de mettre en place très vite un proto à blanc que vous allez déployer devant vos cobayes et de commencer à jouer même s’il n’a rien d’écrit, rien de dessiné. Cela permet d’avoir une représentation visuelle de ce que peut être le jeu. Le soucis est que les idées arrivent souvent vers 3h du matin en pleine nuit, soit cela vous fait cogiter et vous faites l’effort de prendre des notes soit vous êtes trop crevé en espérant vous en souvenir au petit matin. PAr la suite, je fais un proto plus conséquent, en récupérant des images sur le net, et je bidouille sur InDesign et Illustrator. »

6. Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un souhaitant créer un jeu ?

« Surtout, je parle pour les jeunes, avoir un revenu régulier qui permet d’avoir l’esprit tranquille. Car un jeu, s’il marche, vous permettra au mieux dans la plupart des cas, de vous payer un week-end ou peut être des vacances. Sinon, je conseillerai de créer plusieurs jeux et de les faire tourner dans les conventions, de les tester dans tous les sens des centaines de fois. Ceci, afin d’avoir le maximum de retours et d’arriver avec un produit conséquent auprès des éditeurs. »

7. Pourriez-vous nous donner une petite information sur votre prochain projet ?

« En fait, j’ai plusieurs projets en cours voire certains qui se finalisent, un jeu de plateau que j’ai déjà présenté avec les Editions Volumiques, 2 jeux hybrides dont on a reçus des subventions CNC, un party game, un Jeu de Rôle tiré d’une licence et la réédition d’un vieux JDR, entre autres choses. »

Merci Farid de propager la « bonne nouvelle » du jeu et d’avoir répondu aux 7 questions.

Voici quelque liens pour en savoir plus sur Farid dont un lien sur les emissions de WebTV sur les jeux : http://www.dailymotion.com/fr/relevance/search/gamestars/1

Un papier pour le vice-président américain sur la violence dans les jeux : http://www.gaite-lyrique.net/gaitelive/la-violence-dans-les-jeux-vs-les-violences-dans-le-interview

et enfin une vidéo sur l’avenir des jeux de société : http://gamelier.org/farid-ben-salem-on-the-future-of-tangible-games/

Spellshot

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s