Archives du mot-clé jeux de societe

7 questions à Ludovic Barbe aka Ludtche

Ludtche

 

Au fil des salons de jeux, des événements ludiques,  j’ai toujours fait de bonnes rencontres car il faut le dire que les personnes de cette industrie sont toujours très sympathiques, du moins je n’ai pas rencontré de personnes avec qui le contact ne passait pas jusqu’à maintenant!

Une de mes meilleures rencontres fut celle de Ludovic Barbe dit Ludtche et sa femme Patricia. Ce fut un réel bonheur de rencontrer ces gens du nord, de Bergues précisément qui sont d’une très grande gentillesse et sont derrières les éditions Facily Jeux.

À part l’édition de jeux, Ludtche est ausssi et surtout un créateur de jeux. En  2012 il a sorti Pan, t’es mort ! son premier jeu illustré par Mathieu Collangettes. Ensuite Colis Party sortira en 2014 illustré par le même artiste. Puis tout dernièrement, Ludtche a créé avec Bruno Cathala Dragon Run un jeu illustré par Vincent Dutrait et édité par Blue Orange.

C’est jeux sont des jeux familiaux très sympathiques que je recommande vivement et si vous en voulez plus, pour pouvez participer au financièrement du prochain jeu de Ludtche : Rythm ‘n’ Play.

Voici le lien pour le financement participatif : http://fr.ulule.com/rnp/

Voici donc les 7 questions à Ludovic Barbe aka Ludtche

1 – Quel âge aviez-vous lorsque vous avez joué à votre premier jeu de société et qu’était-il ?

“Avec mon prénom j’étais prédestiné à jouer ! Mon premier jeu de l’ère moderne fut  » Citadelle » comme beaucoup, je crois et je devais avoir aux alentours de 30 ans…”

2 – Pourquoi et comment avez-vous décidé de créer des jeux ?

“A cause ou grâce aux amis. Me voyant passionné de jeux ils m’ont « forcé » à en créer… Et de fil en aiguille  » Pan, t’es mort !  » a vu le jour…”

3 – Quel sont vos 3 jeux de société favoris et pourquoi ?

“Difficile de répondre mais, je dirais : « Neuroshima Hex » (jeu auquel nous jouons le plus avec ma douce et tendre Patricia), « Les Aventuriers du Rail » de part sa simplicité et pouvant réunir beaucoup de non-joueurs et un bon « Time’s Up  » reste excellent en grand groupe… Mais ma ludothèque compte environ 300 jeux et tous sont joués au moins une fois par an !”

4 – Pour vous quelle est la meilleure combinaison d’un jeu à succès ?

“De belles illustrations, une mécanique originale bien adaptée au thème et surtout son envie d’y rejouer tout simplement !”

5 – Comment procédez pour créer un jeu ?

“Je n’ai pas beaucoup d’expérience de ce côté-là ! Mais les jeux que je crée proviennent d’un « déclic  » !  » Pan, t’es mort ! » provient de notre petit-fils qui jouait à  » Pan, t’es mort !  » comme beaucoup de petits garçons. «  Colis Party  » provient de  » Bienvenue chez les Chti’s « , vu que nous sommes de Bergues et de notre fils qui est facteur. Ensuite je cherche une mécanique qui s’adapte bien…”

6 – Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un souhaitant créer un jeu ?

“De le faire par passion et de faire plaisir aux gens. Si le but est de gagner de l’argent c’est voué à l’échec à 95%…”

7 – Pourriez-vous nous donner une petite information sur votre prochain projet ? (cette question a été répondue avant la sortie de Dragon Run)

“En tant qu’auteur seul et si « Colis Party  » devient rentable, le prochain jeu sera dans le thème musical ( je suis musicien amateur). Par contre, un jeu avec un grand auteur (Bruno Cathala)  est en cours et sera sur le thème d’un groupe d’aventuriers poursuivi par un dragon: Dragon Run

Merci Ludtche pour avoir répondu aux 7 questions. N’oubliez pas le financement participatif pour R ‘n’ P : http://fr.ulule.com/rnp/

Pour en savoir plus sur Facily Jeux: http://www.facilyjeux.com/index.php?lang=fr

R 'n' P

Bonne année 2015!!

C’est avec un grand plaisir que je vous souhaite une très bonne année ludique 2015.

Que cette nouvelle année soit pleine de bon moments entre amis ou en famille autour de nouveaux jeux. 2014 nous a apporté énormément de bons jeux à essayer si vous ne l’avez pas déjà fait et 2015 sera je pense un bon cru également!

Quand une année finie et qu’une autre commence, c’est aussi le moment des bilans. Cela fait un petit plus d’un an (Novembre 2013) que j’ai commencé ce blog en tant qu’amateur passionné et je suis toujours surpris par le succès (modeste succès) que celui-ci rencontre. Plus de 19,000 vues de 97 pays différents, plus de 750 abonnés qui ont pu voir 131 posts! Merci, Merci, Merci à vous tous qui me suivez et un énorme merci à toutes les personnes du monde du jeu, les auteurs, illustrateurs et autre qui m’ont donné de leur temps précieux pour répondre à mes 7 questions. Cela me fait plaisir également de voir que d’autres bloggers ont décidé de s’intéresser aux auteurs ou illustrateurs de jeux et de les présenter avec des interviews.

Il est vrai que depuis mon retour au Texas au mois d’Aout, je n’ai pas publié grand chose, pourtant les interviews sont là dans mes dossiers! C’était les retrouvailles avec ma famille, notre installation et je n’ai pas bien géré mon temps. Les jours sont devenues des semaines et les semaines des mois… Promis, en 2015 La Tour à Dés sera de retour en force avec de nouveaux projets et de façon plus régulière. Un mes projets pour cette nouvelle année, sera ma participation au Gencon à Indianapolis fin Juillet début Aout. La découverte du milieu du jeu pendant le plus grand événement ludique de ce coté de l’Atlantique sera très très intéressant!

Gencon

Comme toujours je suis ouvert à toutes vos propositions, remarques et commentaires. Je veux que ce blog soit un lieu d’échanges et de réflexions. Alors n’hésitez pas commenter mes posts ou me contacter sur la page Facebook de La Tour à Dés.

 

7 questions à Yann et Clem

Yann et Clem

Aujourd’hui, j’ai le plaisir et la chance de vous présenter les auteurs d’un de mes coups de coeur ludiques pour 2014.

Ce jeu est un compromis entre un wargame et un jeu de plateau. Sa mécanique en fait un wargame facile à apprendre au même titre que Mémoire 44 mais avec plus de profondeur et de possibilités et la qualité de son graphisme le rend très agréable à jouer. La qualité du matériel en général est également remarquable et vous évite de dépenser des fortunes en figurines et en heures de peinture.

Ce jeu, bien sur, est Heroes of Normandie.

Les 2 auteurs de ce jeu, pères de famille vivant à Paris, ont créé également Frontiers. Leur dernier jeu est illustré par Alexandre Bonvalot avec une bonne touche d’humour.

J’ai eu la chance de rencontrer Yann lors d’un événement ludique au sud de la France ( le festival de Cannes pour ne pas le nommer) où j’y ai découvert ce jeu réellement et ce fut le coup de coeur.

Voici donc les 7 questions à Yann et Clem.

 

  1. Quel âge aviez-vous lorsque vous avez joué à votre premier jeu de société et qu’était-il ?

“On parle évidemment de jeux autres que le Monopoly, Docteur Maboul et La Bonne Paye, hin ? On devait avoir une dizaine d’année. C’était Cry Havoc et Siège.”

2. Pourquoi et comment avez-vous décidé de créer des jeux?

“Le premier jeu qu’on ait créé, c’était pour donner des règles à nos batailles de petits soldats en plastique. Puis, comme la cour dans laquelle on jouait était pavée, on a utilisé les pavés comme cases pour une course de voiture en légo customisées, inspirées de Car Wars.

Ensuite on a fait un jeu qui jetait déjà les bases de Heroes of Normandie. On l’avait même présenté à Duccio Vitale (Cry Havoc). On avait 12 ou 13 ans…

Donc pour nous,créer des jeux ce n’est que la continuité logique de cette époque. On n’a pas pu faire autrement. Heroes of Normandie, c’est la suite logique à nos batailles de petits soldats.”

3. Quels sont vos 3 jeux de société favoris et pourquoi ?

“Il y en a beaucoup, et ils sont nos préférés pendant une période. Puis un autre prend sa place et on y joue beaucoup et il est détrôné par un autre. Et ainsi de suite. Donc on va plutôt parler de ceux qui nous ont marqués, qui ont influencé notre créativité.

Small World pour la beauté et la simplicité de la mécanique, pour sa rejouabilité et son univers graphique. Lui reste indétrônable…

Blood Bowl… Ben parce que c’est Blood Bowl ! On n’y joue plus, mais ils nous a énormément marqués. On joue par contre pas mal à Blood Bowl Team Manager.

Warhammer 40K, Necromunda et Epic Space Marines, ainsi que la série de Siège et Cry Havoc. C’est notre socle, nos racines, notre madeleine de Proust. Tout vient de là. Pareil, on n’y joue plus (même si Yann continue de monter des armées d’Epic de dimension… épique) mais ils ont imprimé au fers rouges notre vision du jeu.

Et puis Supergang parce que c’est un jeu mythique… Comme Space Hulk. Argh, tu vois on ne peut pas s’arrêter à 3 jeux !”

4. Pour vous quelle est la meilleure combinaison pour un jeu à succès ?

“Une mécanique simple qui apporte une profondeur et une rejouabilité alliée à une véritable attention portée à l’univers graphique et au background.

Pour nous, la partie visuelle d’un jeu est très importante. Combien de jeux ont une mécanique splendide mais piquent les yeux quand on ouvre la boite ?

Le monde ludique a changé mais il reste encore du boulot sur ce sujet.”

5. Comment procédez-vous pour créer un jeu ?

“On part d’une envie. « Hey ! Si on faisait un jeu sur des bandes de sales gosses qui se tirent la bourre pour être les plus célèbres du canton ? » Et puis on se demande quelle type de mécanique pourrait le mieux accompagner le thème du jeu. Ou vice et versa si on part sur un gameplay en particulier, mais c’est plus rare. Nous on aime raconter des histoires avant tout.

Il existe beaucoup de jeu dont la mécanique ne correspond pas à l’univers. On eut jouer à un jeu d’heroic fantasy avec haches à double courbure et épée Vorpal et on se retrouve avec une mécanique de gestion de ressources. Le joueur est déçu, pas parce qu’il n’aime pas la gestion, mais parce qu’il voulait bourrer la margoulette à une bande d’Orcs.”

6. Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un souhaitant créer un jeu ?

“Fuis pauvre fou !

Plus sérieusement, commencer comme on le sent, tester, tester et retester puis enlever le superflus et recommencer les tests. Vous n’avez pas besoin de créer 84 valeurs pour définir un tank, lancer 32 dés pour réussir une action n’apporte pas grand chose et, même si historiquement une canalisation d’évacuation des eaux usées à Chicago en 1886 faisait 52 cm de diamètre, ne sacrifiez pas votre gameplay pour ça. Allez au plus simple, au plus efficace au plus fun. L’important c’est que les joueurs réunis autour de la table s’amusent.”

7. Pourriez-vous nous donner une petite information sur votre prochain projet ?

“Il y aura des épées à deux mains…”

Merci à vous deux Yann et Clem pour avoir pris le temps de répondre aux 7 questions malgré les sorties liées au dernier Kickstater et les projets de futures extensions et jeux. Un trés bon rétablissement à Clem également.

Je suis sur que comme moi, vous ne pouvez pas attendre les prochaines sorties de ces deux créateurs!

Pour en savoir plus sur Heroes of Normandie : http://www.devil-pig-games.com/

Heroes Of Normandie Box

7 questions à Philippe Keyaerts

Philippe Keyaerts
Philippe Keyaerts

Dans le monde du jeu moderne, il y a un jeu sorti en 2009 qui reste toujours un grand succés auprès de beaucoup de joueurs au mème titre que Carcasonne, ou Les Aventuriers du Rail. Il sagit de Small World édité par Days of Wonder et illustré par Miguel Combria. 

Malgré son titre en Anglais, Small World et ses extensions ont été créés par un Francophone Belge: Philippe Keyaerts.

Philippe est connu également pour d’autre jeux comme Evo, Olympos, Vinci et plus recement Twin Tin Bots un jeu où vous programmez des robots afin de récolter des minéraux.

J’ai eu la chance de rencontrer et de jouer avec Philippe lors du LudiNord 2014.

Ce père de famille, qui vit à Bruxelles, est professeur de mathematiques et cela se ressent lorsqu’on joue avec lui, son analyze des possibilités l’a fait gagner à chaque fois! Mais ce fut un plaisir de perdre contre lui et de le voir jouer.

Voici donc les 7 questions à Philippe Keyaerts.

1.    Quel âge aviez-vous lorsque vous avez joué à votre premier jeu de société et qu’était-il ?

J’ai un vague souvenir d’un jeu de l’oie à l’ancienne (avec des oies), chez mon grand-père. Je devais avoir trois ans.

2.    Pourquoi et comment avez-vous décidé de créer des jeux?

C’est venu assez naturellement. Je joue énormément et j’ai tendance à analyser un jeu, ses mécanismes, l’agencement général. De temps en temps arrive l’envie d’un jeu qui n’existe pas et un jour on saute le pas.

3.    Quel sont vos 3 jeux de société favoris et pourquoi ?

Puerto Rico pour son rythme, l’agencement élégant de ses mécanismes – un chef d’œuvre.

Acquire, le grand ancêtre, qui possède déjà toutes les qualités d’un jeu moderne.

Imperial, pour son mélange assez unique de bourse et de diplomatie.

Il y en aurait d’autres. J’ai choisi trois classiques auxquels je joue encore volontiers. Mais j’ai également beaucoup pratiqué les Échecs, Catane, Full Métal Planète, Citadelle

4. Pour vous quelle est la meilleure combinaison pour un jeu à succès ?

 Star Wars, plein figurines et le logo du Spiel J.

Je ne crois pas qu’il faut raisonner en terme de succès. Un bestseller est en général un jeu avec un public large. Mais il existe des jeux de niche qui sont très bien construits. Pour un auteur, le succès c’est quand on a réussi à aller au bout de son idée, quand on se dit qu’on peut difficilement faire mieux (ça n’arrive jamais).

5. Comment procédez pour créer un jeu ?

 Il n’y a pas de recette, mais peut-être des étapes.

Ça se passe d’abord dans la tête, je joue avec une envie, une vague idée.

Puis je commence à prendre des notes, éventuellement à manipuler quelques pièces. Pas un proto complet, mais quelques traits sur une feuille, une poignée de pion, quelques cartes. Ça permet de tester un mécanisme, mais surtout de voir si l’idée à du corps ou si ce n’est que de la fumée, qui va se dissiper comme les rêves au réveil.

Tant que je n’ai pas de règles complètes, je joue seul. C’est seulement quand je ne vois plus de défaut que je réuni le premier groupe de test.

Puis c’est le cycle test-modifications, qui peut prendre encore beaucoup de temps.

6. Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un souhaitant créer un jeu ?

S’y mettre. On peut rêver d’un jeu tant qu’on veut, tant qu’on n’a pas mis la main à la pâte on n’a rien. Après tout, on n’a rien à perdre, à part du temps.

La ligne directrice, c’est le plaisir des joueurs. Tout le reste est secondaire : le thème, l’élégance des mécanismes, même leur originalité. C’est aussi un bon test. Est-ce que mon jeu me plaît ? Si oui, il est temps de le montrer à d’autres, si non, ce n’est pas une raison pour l’abandonner, mais il faut le remettre sur l’établi.

7.    Pourriez-vous nous donner une petite information sur votre prochain projet ?

J’ai toujours plusieurs prototype à différents stades de développement. Mais je ne sais jamais quand, ni même si, ils sortiront.

Merci Philippe pour ces réponses et pour plus d’infos sur les jeux de Philippe: http://boardgamegeek.com/boardgamedesigner/49/philippe-keyaerts

Café ludique idéal?

Snakes and Lattes
Snakes & Lattes, Toronto

Dans ma « mission » de passer et propager la « bonne parole » du monde ludique et de faire découvrir le jeu au plus grand monde ainsi que les personnes qui font partie de ce monde, une idée me trotte dans la tête depuis pas mal de temps.

Il y a des grands problèmes pour les joueurs et pour le monde du jeu. En voici quelques un:

  • Trouver des joueurs pour jouer quand on en a envie.
  • Trouver une place conviviale pour pouvoir jouer qui convienne à tous les joueurs.
  • Enfin, pour les non joueurs pouvoir essayer des jeux avant de pouvoir les acheter.

Bref, une réponse à cela : Un café ludique.

Un café ludique est un endroit ouvert à tous où vous pourrez profiter d’une sélection de jeux ainsi qu’une sélection de boisons et mets. Cet endroit est fournie avec des tables et autre meubles pour faciliter le jeu dans une bonne atmosphère .

Il en existe dans le monde entier de toutes sortes et tailles. Un me vient en tête entre autre : Snakes & Lattes à Toronto. Snakes & Lattes a été créé par des Français et connaît un succès grandissant.

Bien sur chaque personne, chaque joueur, a des besoins et des attentes différentes et il peut être difficile de plaire à tous ou au plus grand nombre.

Donc cette idée d’ouvrir un café ludique me chatouille les méninges et j’aimerai savoir ce que vous souhaitez , attendez d’un café ludique ? Quel type d’atmosphère, de service, de jeux, d’ameublement, le menu ou et les boisons, les événements, etc… Bref, quel serait, pour vous, le café Ludique idéal ?

Alors n’hésitez pas à commenter sur ce poste et à décrire Votre café ludique.

Merci à tous !

 

La revanche, photo de atelier scd
La revanche, photo de atelier scd

Festival Ludique Européen de St Nicolas de Redon

affiche-FLEUR

L’été c’est synonyme de soleil (même si cette année il n’est pas toujours au rendez-vous!), de plage, de familles réunies pour passer une bonne partie de cette période ensemble. Ca veut donc dire plus de temps pour jouer ou découvrir de nouveau jeux !!

Alors il y a de quoi faire sur le plan ludique en France cette été. Je ne parle même pas des autres événements en Europe (Brussels Games Festival) et dans le monde (Gencon) ! Après le festival Paris est Ludique qui s’est tenu le 14 et 15 juin à Paris, après le FLIP (Festival Ludique International de Parthenay) qui lui a eu lieu du 9 au 20 Juillet à Parthenay, voici le petit dernier: le FLEUR ( Festival Ludique Européen).

C’est la deuxième édition du FLEUR qui aura lieu à Saint Nicolas de Redon (44) du 14 au 20 Aout 2014.

La Maison du Jeu de Bretagne qui organise cet événement, va vous proposer 7 jours axés sur le jeu de société, le jeu traditionnel bien sûr et aussi sur la culture Bretonne . Il y aura plus  de 45 bénévoles, des animations, un bar et plus de 200 jeux de société sur plus de 3000 m2 avec aussi des jeux surdimensionnés, des apéro-concerts, des jeux traditionnels de Bretagne, des tournois et beaucoup d’autres activités.

Un festival ne serait pas un festival sans son prix. Le FLEUR a le prix du public « qui a le plus tourné ». Ce prix sera décerné suite au vote du publique et récompensera un jeu avec une récompense pour l’auteur, l’illustrateur et la maison d’édition.

Cette année on peut également noter cette superbe affiche illustrée par le fameux Naiade qui nous avait gâté avec l’illustration entre autre de Tokaido

Bref de quoi passer un bon moment en Bretagne. Notez sur vos calendrier du 14 au 20 Aout à St Nicolas de Redon et venez rencontrer des joueurs et découvrir une région pendant cet été.

Pour plus d’information sur le Fleur et le programme des animations: http://www.festival-ludique.eu/

Et pour des informations sur La maison du jeu de Bretagne: http://mdjb.org/

 

Kamon

7 questions à Ignacy Trzewiczek

 

Ignacy Trzewiczek
Ignacy Trzewiczek

Dans le monde des jeux, il y a les concepteurs de jeux dans tous les coins du globe.

Au cours de la Spielwarenmesse de Nuremberg en 2014, j’ai découvert beaucoup de bons jeux de société de l’Europe de l’Est qui n’ont jamais atteint les étagères des magasins français ou américains!

Dans cet esprit, aujourd’hui, j’ai décidé de demander à un Polonais de répondre aux 7 questions. Quelqu’un qui a créé beaucoup de jeux et des jeux qui sont actuellement dans ​​nos boutiques en France et aux États-Unis.

Ignacy Trzewiczek

Ignacy Trzewiczek est un créateur de jeu et un écrivain de RPG de longue date et il est aussi un éditeur de jeux sous le logo du Portal Games! Il a conçu le fameux Robinson Crusoé: Aventures sur l’île maudite, également Stronghold, The New Era et beaucoup d’extensions pour Neuroshima. Ses nouveautés sont Imperial Settlers et The Witcher Adventure Game.

Sans attendre, ce sont les 7 questions à Ignacy Trzewiczek.

1 . Quel âge aviez-vous lorsque vous avez joué à votre premier jeu de société et qu’était-il ?

« Je ne sais pas. Je me souviens que lorsque j’étais enfant, je jouais beaucoup à The aMAZEing Labyrinth de Ravensburger. C’est un jeu incroyablement intelligent et divertissant pour les enfants. Maintenant, j’y joue avec mes enfants et j’ai encore un bon moment. »

 

2 . Pourquoi et comment avez-vous décidé de concevoir des jeux de société ?

« J’étais un joueur pendant une longue période et au début je dessinais des trucs pour mon moi-même et mes amis. À un certain moment, j’ai essayé de gagner de l’argent – j’ai écrit des scénarios pour Warhammer Jeux de Rôle et je les ai envoyé à l’éditeur. Ils ont été publiés, j’ai été payé et c’est la façon que cela a commencé à être mon travail. J’écris à ce sujet dans mon livre Board games That Tell Stories, je vous encourage à consulter ce livre et lire toute l’histoire. »

3 . Quels sont vos 3 jeux préférés ?


« Il est difficile de répondre. 3 Jeux de Rôle préfères ? Ou 3 jeux de figurines préférés? Ou jeux de société? Jeux de cartes ou Party games? Je joue beaucoup, j’ai quelques centaines de jeux et en fonction de l’humeur et d’autres joueurs je joue différents jeux. Les 3 jeux préférés que je peux jouer avec mon fils sont Neuroshima Hex, X-Wing et Mémoire 44. Mais 3 jeux préférés je joue avec ma femme sont différents. Et avec des gars de mon club sont également différents … »

4 . Pour vous, quelle est la meilleure combinaison pour un jeu à succès ?

« Il doit être engageant. Il doit faire plonger les joueurs dans son univers et les divertir. Il devrait avoir des règles simples, tout en donnant des choix judicieux lors de la partie. »

 

5. Comment procédez-vous pour concevoir un jeu ?

« Je commence par le choix d’un thème, puis je lis des livres et regarde des films sur ce thème et j’apprends à ce sujet. Il faut environ 3 à 6 mois. Alors je commence avec la construction d’un prototype. Je me concentre sur la création des outils qui aideront les joueurs à explorer et à ressentir le thème. Il faut encore 4 à 6 mois pour construire un prototype qui fonctionne en douceur et qui sera intéressant. Alors il est temps pour équilibrer le jeu et la production peut commencer … »

 

6. Quels conseils pourriez-vous donner à quelqu’un qui veut créer un jeu ?

« Être patient. Et avoir le courage de jeter ses idées. La conception de jeux est de jeter des idées et être toujours en quête de meilleures. »

 

7. Pouvez-vous nous donner une petite info sur vos futurs projets ?

« Je m’occupe de BoardgamesThatTellStories.com blog où j’écris sur le processus de conception de jeux et sur l’industrie du jeu. J’invite tout le monde à s’abonner au blog pour en savoir plus sur les jeux. Cette année, je vais publier mon nouveau jeu appelé Imperial Settlers. J’espère que ce sera un titre que les joueurs aimeront. Il s’agit de la construction de votre petit empire. »

 

dziękuję bardzo ! Merci beaucoup Ignacy pour votre temps et si vous voulez en savoir plus sur Portal Games : http://portalgames.pl/en/

Ignacy écris aussi un super blog sur la conception de jeu : http://boardgamesthattellstories.wordpress.com/

Portal Game

Ce qui se prépare sur La Tour à Dés

Anatomy of a Meeple from ?
Anatomy of a Meeple from ?

Bon après une petite pose bien méritée, il est temps de se remettre à écrire et donc voici quelques idées sur les articles à venir dans les prochaines semaines de votre blog préféré 😉

Comme d’habitude, si vous souhaitez voir des articles en particulier n’hésitez pas à me contacter sur la page Facebook de La Tour à Dés ou par E-mail: latourades@Yahoo.fr . Vos commentaires sont aussi très appréciés.

Voici donc un avant gout des prochains articles mais pas forcément dans l’ordre de publication.

Un article sur l’un des fabricants de jeux très connu , les 7 questions au créateur de Magic the Gathering: Richard Garfield, eh oui! Egalement 7 questions à Ludtche créateur de Pan t’es mort et big chef de Facily jeux. Aussi un article sur une nouvelle maison d’édition de jeux Normande: Viking Games qui vient de sortir sont premier jeux: Estiméo. Et pour ne pas oublier, 7 questions à Yann le co-créateur avec Clem de Heroes of Normandie.

Voilà pour un aperçu de ce qui va venir bien sur, je n’ai pas tout mentionné cela va de soi. Votre serviteur répondra également à une interview d’un de ses collègues bloggeurs! Oui, on m’a demandé de me mettre de l’autre coté de la table!

Alors restez à l’écoute et bon jeux!!

7 questions à Frédéric Delporte

Frédéric Delporte
Frédéric Delporte

 

Pendant mes visites dans les differents evenements ludiques comme Spielwarenmesse a Nuremberg, Le festival international du jeu a Cannes ou encore Ludinord a Lille, j’ai eu la chance de rencrontrer beaucoup de personnes du monde du jeu et en particulier un duo belge tres sympathique: Etienne Espreman et Frederic Delporte.

Ces deux comperes faisaient tourner un proto sur le theme du fameux salon d’Essen en Allemagne. La Meca du jeu en Europe.

Etienne, le createur de Bruxelles 1983 a deja repondu aux 7 questions  et c’est donc au tour de Frederic de repondre.

En petit rappel, Essen the Game ne sera disponible que sur Kickstarter!! Alors depechez-vous avant qu’il ne soit trop tard car en plus votre serviteur ce trouve sur la boite !!

1. Quel âge aviez-vous lorsque vous avez joué à votre premier jeu de société et qu’était-il ?

De mémoire, la première fois que j’ai dévié du jeu traditionnel, je devais avoir 13 ans. C’était en fin d’année scolaire. Un club de jeu (OST – L’Ordre des Simulateurs Tournaisiens) est venu à l’école pour présenter ses activités à savoir une journée hebdomadaire dédiée aux jeux de plateau et aux jeux de rôles. Lors de cette première rencontre j’ai découvert Talisman et D&D. Ce fut le coup de foudre. Résultat, 27 ans plus tard, me voilà en train de créer mon premier jeu.

2. Pourquoi et comment avez-vous décidé de créer des jeux de sociétés ?

Tout a débuté en 2010 par un délire lors du salon d’Essen. A un moment j’ai lancé en l’air l’idée d’un jeu sur le Spiel et durant les jours qui ont suivi, au fur et à mesure du salon, on transposait tout ce qu’on faisait en action de jeu. Puis on est rentré à Bruxelles et l’idée est tombée aux oubliettes. L’idée est revenue systématiquement lors des Spiel 2011 et 2012 mais n’est jamais allée plus loin. Le déclencheur fut la signature du contrat d’Etienne pour Bruxelles 1893 avec Pearl Games. Deux fois par an, j’organise avec mon association un week-end jeux pour une quarantaine d’amis. Lors du week-end de mai 2013, Etienne m’a annoncé tout heureux qu’il venait de signer son contrat. Et là je me suis dit, pourquoi pas moi. Sur le trajet du retour j’ai expliqué à Etienne mon idée, qui à l’époque était plus un thème qu’une mécanique. L’idée l’a séduit, on s’est donné RDV dans la semaine qui a suivi et nous voilà un an plus tard avec ESSEN The game, prêt pour le lancement de notre première campagne Kickstarter.

3. Quel sont vos 3 jeux de société favoris et pourquoi ?

Faut bien avouer que ça dépend du moment et des personnes avec lesquelles je joue mais s’il faut en donner trois, mon tiercé serait Agricola, Terra Mystica et Last Will. En numéro complémentaire je mettrai Looping Louis … que de folles nuits de plaisirs, rien de tel pour finir une soirée après des jeux bien lourds.

4. Pour vous quelle est la meilleure combinaison pour un jeu à succès ?

Le thème, la rejouabilité et le plaisir de jeu. J’aime aussi quand çà bouscule les neurones .

5. Comment avez-vous procédez pour créer un jeu ?

ESSEN The Game est mon premier développement de jeu donc je n’ai pas beaucoup de recul pour en parler. Dans ce cas bien précis, le fil conducteur du développement a été le thème. Nous avons adapté les mécanismes pour rendre l’expérience du Spiel la plus réaliste possible. Au début on a intégré toutes les idées et anecdotes, tant les nôtres que celles des nombreux testeurs de ce jeux. Le résultat était une usine à gaz, le jeu se jouait en près de 3 heures. Puis progressivement nous avons élagué tout en gardant le cœur du jeu pour l’amener à sa taille actuelle de bonzaï. Un jeu mécaniquement simple mais où de vrais choix stratégiques s’offrent aux joueurs. ESSEN The Game est un des jeux les plus thématiques que je connaisse.

6. Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un souhaitant créer un jeu ?

En vrac : écoutez les autres mais restez fidèle à votre projet, ne pas s’accrocher trop vite aux apparentes bonnes idées, beaucoup de persévérance, un esprit critique, ne pas gardez le prototype trop longtemps en circuit fermé (rien de tel que l’avis éclairé d’une personne que vous ne connaissez pas) … et la liste pourrait être longue mais je vais moi-même devoir digérer cette année de développement pour en tirer des enseignements et trouver une méthodologie de travail.

7. Pourriez-vous nous donner une petite information sur votre prochain projet ?

A ce stade c’est trop tôt pour parler de projets concrets mais on a dans le tiroir un jeu de carte, un jeu sur un thème médiéval fantastique, la mécanique initial d’ESSEN The Game que nous aimerions adapter car très prometteuse, la version 2014 du Spiel … Que du plaisir en perspectif.

Merci Frederic pour avoir repondu aux 7 questions. Pour en savoir plus sur Essen the Game: https://www.facebook.com/ESSEN.the.game

Et voici le lien du Kickaster pour vous procurer ce jeu! https://www.kickstarter.com/projects/670498880/essen-the-game

Essen the Game
Essen the Game

 

7 questions à Pierre Burtel

 

Pierre Burtel
Pierre Burtel

Aujourd’hui j’ai posé les 7 questions à une personnes qui porte 2 chapeaux dans le monde du jeu. Le premier est celui de créateur de jeux et le second est d’éditeur de jeux. Ce père de famille qui vit et travaille à Paris dans l’immobilier, a créé des jeux pour les plus jeunes d’entre nous mais pas uniquement et il s’est autoédité ce qui n’est pas toujours facile.

C’est Pierre Burtel que j’ai eu la chance de rencontrer au Spielwarenmesse 2014 de Nuremberg et au festival des jeux de Cannes. il est le manager des éditions Rosebud et le créateur de Smart Memo, un mémory game à partir de 5 ans. Biduletruc un jeu d’association de mots et bien sûr, Puzzle Battle, un jeu de bataille de puzzle de 5 à 95 ans qui donne une dimension ludique à l’assemblage d’un puzzle et surtout qui permet une interaction entre les joueurs. Un jeu idéale pour ceux qui aiment les puzzle et qui peut faire jouer toute la famille ! Pierre a même créé des version surdimensionnées pour les associations ou écoles.

Nouvelle boite de Puzzle Battle
Nouvelle boite de Puzzle Battle

Voici donc les 7 questions à Pierre Burtel.

1 – Quel âge aviez-vous lorsque vous avez joué à votre premier jeu de société et qu’était-il ?

« Je pense que c’était le Mille Bornes, mais je ne me souviens plus quel âge j’avais exactement… peut-être 7 ou 8 ans. »

2 – Pourquoi et comment avez-vous décidé de créer des jeux ?

« J’étais créatif en agence de publicité et de marketing services. Je me suis dit que je pouvais peut-être mettre en forme par moi-même mes idées. Les jeux se sont imposés à moi. Je ne me suis pas dit ‘je vais créer des jeux’, j’ai eu des idées que j’ai concrétisé mais elles sont venues comme ça, par hasard. »

3 – Quel sont vos 3 jeux de société favoris et pourquoi ?

« Zombicide, Citadelles et l’Ile Interdite. Zombicide : la première fois que j’ai joué, cela a duré 3 heures et je n’ai pas vu le temps passer. Citadelles : j’ai un fils de 7 ans qui me harcèle pour y jouer. L ‘Ile Interdite pour le côté purement coopératif et en même temps ce jeu est tellement d’actualité que si cela peut faire réfléchir les personnes qui y jouent et s’il arrive à sensibiliser les plus jeunes sur le dérèglement climatique, là on dépasse le rôle premier d’un jeu et c’est ça qui le rend fort. »

 

4 – Pour vous quelle est la meilleure combinaison pour créer un jeu à succès ?

« Je ne sais pas. On ne sait pas ce qui va faire le succès d’un jeu et d’abord, qu’est-ce qu’un jeu à succès ? Un jeu qui va être réimprimé 2 ou 3 fois et vendu à 6000 ex les 6 premiers mois ? Un jeu qui va s’inscrire dans le temps ? Un jeu intergénérationnel ? Un jeu traduit en 18 langues ? Et puis, ça dépend d’abord de la cible ! »

5 – Comment procédez pour créer un jeu ?

« Je fais des prototypes que je teste avec des enfants de 5 à 12 ans, et avec des parents. Un jeu, c’est comme un message publicitaire, il faut une idée simple, directe, éliminer tout ce qui vient polluer l’idée maîtresse. C’est ce qui est le plus difficile en fait. »

6 – Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un souhaitant créer un jeu ?

« Ne pas vouloir gagner de l’argent avec. »

7 – Pourriez-vous nous donner une petite information sur votre prochain projet ?

« En fait, j’ai beaucoup investi sur le jeu Puzzle Battle. Il existe aujourd’hui une version pour les collectivités, une version boutiques spécialisées (France, Belgique, Italie). Une version surdimensionnée présente dans une centaine de ludothèques. La nouveauté, c’est la version américaine développée par Blue Orange, présentée au salon Astratoy de Phoenix Arizona (8-11 juin). La boîte est en métal couleur or, découpée en forme de couronne, avec du relief. C’est la même règle, le même nom et le même logo qu’en Europe. Les illustrations sont plus cartoon et superbement réalisées par Cyril Bouquet. Cela fait qu’elle ne ressemble plus du tout à une boîte de puzzle, mais elle devient en plus un objet décoratif. Blue Orange a choisi de prendre plus de temps pour développer la boîte qui devait être présentée à la Toyfair de New-York. J’espère que le résultat sera à la hauteur de l’investissement. »

Merci Pierre d’avoir répondu aux 7 questions. Pour plus d’information sur Pierre Burtel et les éditions Rosebud : http://www.editions-rosebud.com/

editions-rosebud-logo