Archives du mot-clé Jeux

Gen Con 2015

This is it, my demand of accreditation has been send… Now, I just need to wait for the answer. I would love to cover the Gen Con and discover the « Essen of the U.S. ». Tell me what would you like to see cover if go?
Thank you and cross fingers for me!!

Ca y est, ma demande de passe Press a etait envoyee… Maintenant, je dois attendre la reponse. J’aimerai bien couvrir Gen Con et decouvrir le « Essen Americain ». Dites-moi ce que vous voudriez que je couvre si j’y vais?
Merci et croisez les digits pour moi!!

Publicités

Sondage / Poll

Sondage / Poll

Français   English

En cette fin d’année je ne vais pas faire ‘la liste’ des meilleurs ou des pires jeux de l’année. Je n’y crois pas. Chacun trouve midi à sa porte. Donc je vous propose ce petit sondage vous demandant quels sont vos 3 jeux favoris du moment ou de tous les temps ? Vous pouvez ajouter les jeux que vous voulez (jeu de société, jeu de rôle,…).

At the end of this year I will not do ‘list’ of the best or worst games of the year. I do not believe in it. Everyone has different taste. So I offer you this short survey asking you what are your 3 favorite games of the moment or of all times ? You could add the games you want (board game, RPG,…).

Il n’a pas que le Monopoly!

No Monopoly

 

Des Jeux de société, des jeux de plateaux, des jeux modernes, des jeux, des jeux de rôles, des jeux solitaires, des wargames…

Charlie_Darrow

Charles Darrow

Tellement de termes, de choix, de genres mais tout ce que la plus part des gens vous disent quand on leur parle de jeux de société se résume à MONOPOLY !!!! Un jeu créé dans les années 30 par Charles Darrow ! Bon il est vrai qu’il y a eu plus de 275 millions d’exemplaires vendus depuis sa création (c’est Paker Brothers qui doivent s’en mordre les doigts car ils avaient refusé de le publier parce que ‘trop complexe’ !!!) et cela peu expliquer que tout le monde connaisse ce jeu ! Mais allons, soyons sérieux pour un moment, le monde du jeu de société est si riche et divers que de se limiter à Monopoly, Scrabble ou encore Life est trop stupide !! Attention que l’on soit clair, je ne suis pas du tout un snobe du jeu  et je n’ai rien contre le Monopoly à proprement dit ! Comme beaucoup de joueurs passionnés, j’ai commencé par des jeux incluant le Monopoly, le Trivial Pursuit, ou la Bonne Paye !

Alors pourquoi est ce qu’on ne connait pas plus de jeux de société ? Tout d’abord, un petit nombre de nouveaux jeux a atteint récemment une certaine notoriété comme Jungle Speed, Time’s Up mais cela reste si insignifiant.

On a peu voir un changement dans le ‘marketing’ des jeux. Dans les années 60/70 on commence à voir le nom des créateurs sur les boites !! Ce qui ne change pas grand chose à cette époque… Ensuite les médias commence à faire un peu de publicité pour certains jeux qui on la chance d’être publiés par de grandes compagnies et donc on va retrouver les jeux les plus populaires comme Cluedo, 1000 bornes ou encore Docteur Maboul !! Et là on tombe dans un cercle vicieux, une sorte de qui vient en premier l’oeuf ou la poule ? Ces jeux populaires qui ont des campagnes de publicité se retrouvent dans la grande distribution comme vos super marchés, et grandes enseignes de la distribution de joués, là même où une très grande majorité de personnes vont acheter leurs jeux en priorité.

Ensuite on peu se demander : mais s’il y a tant de jeux que cela (trop comme le dit souvent Croc et cela n’engage que lui), où sont-ils ? La France compte un peu plus de 400 boutiques spécialisées et pendant longtemps ces boutiques n’étaient pas sur nos grands boulevards ou dans nos quartiers commerçants ! Il fallait vraiment le vouloir pour les trouver de plus, au commencement, ces boutiques étaient destinées pour une grande partie aux jeux de rôles qui se sont développés un peu avant la nouvelle vague de jeux de société. D’une part vous aviez du mal à trouver ces boutiques mais de plus, la clientèle à l’époque était plutôt une clientèle dite de façon péjorative (et cela n’est pas mon avis personnel), marginale : jeunes gens de 18 à 25 ans, cheveux colorés ou pas, plus ou moins long, habillés en noir… Une vision très stéréotypée et péjorative de ces joueurs !! Bref dure pour la mère ou le père de famille d’amener ces enfants dans une boutique comme cela pour acheter un jeu dont personne n’avait entendu parlé ! Depuis les choses ont beaucoup changé, les boutiques sont devenues plus visibles et plus ‘claires’ avec des personnes à la direction de ces boutiques qui ne demandent qu’à vous guider dans ce monde du jeu. La clientèle aussi se diversifie et le monde du jeu également.

Pourtant le problème persiste, très peu de monde connaissent des jeux comme Les Aventuriers du Rail, même Carcassonne !! Les médias de grandes audiences  eux-mêmes parlent très peu de monde du jeu ou si ils le font on revient aux jeux de très grande distribution. Cela est toujours un peu un mystère car les sujets ne manquent pas ! Il y a un grand nombre de prix remis dans le monde du jeu dont 8 vraiment très importants comme le Spiel des Jahres en Allemagne, l’As d’or à Cannes et l’Origin Award aux Etats-Unis par exemple. Il y a aussi des salons du jeu de société et de festivals en France et dans le Monde. Nous avons plus de 500 jeux créés rien qu’en France chaque année et une industrie qui génère plusieurs centaines de millions d’Euro chaque année au niveau mondial ! Et maintenant presque 2000 ludothèques reparties sur tout le territoire français.

Il est donc nécessaire de faire connaitre ces nouveaux jeux de société. Dans un monde qui va si vite où les technologies individualisent les personnes, il est important de ce retrouver autour d’un jeu entre amis ou /et en famille.

On peut tout faire tout avec ces nouveaux jeux comme devenir une petite fourmi (Myrmes), gérer une ferme du 17 siècle (Agricola), trouver une cure contre une épidémie (Pandémie) ou encore explorer le Japon (Tokaido). Il peuvent devenir des aides à l’éducation ! C’est donc à nous les passionnés de faire quelque chose. Alors à vos boites de jeux, amenez les chez vos amis ou dans votre famille, faites découvrir des jeux simples pour commencer puis montez le niveaux. Offrez comme cadeau une boite de jeu! Une petite boite de jeu à 10, 15 ou 20 euro peu être une idée sympa au lieu d’amener des fleures ou des chocolats.

Surtout amusez vous bien et partagez ces bons moments !

Bon jeu!

 

 

7 questions à Matthieu d’Epenoux de Cocktail Games

3286349_980a448c-45a8-11e3-aa7c-00151780182c_640x280

Matthieu d’Epenoux

Après avoir dédié mes premières 7 questions principalement à des créateurs, il était temps d’avoir un point de vue un peu différent avec le coté de l’édition de la publication de jeux. Alors vous allez me dire que Mr d’Epenoux, dirigeant de la société Interlude qui édite des jeux Cocktail Games, est lui aussi un créateur puisqu’il a créé entre autre Contrario et Illico Presto! Oui il est vrai que Matthieu d’Epenoux est un créateur mais c’est en tant qu’éditeur qu’il a répondu aux 7 questions.

Matthieu est donc le «boss» d’une multinationale de 4 personnes qui sort sur le marché entre 6 et 12 jeux par an. Des jeux qui sont rapides, simples et presque tous conditionnés dans une petite boite métallique ce qui est facile à transporter chez vos amis ou en famille afin de partager un bon moment de convivialité et de rires. Beaucoup de ces jeux édités ont reçu des récompenses (en exemple le Spiel des Jahres 2013 pour Hanabi!) et parmi les jeux qui peuvent ce jouer à partir de 5 ans ( Fairy Tales…) pour certain et avec jusqu’à 20 joueurs ou plus pour d’autre ( Comédia, Killer party,…), vous trouverez des jeux d’ambiance, collectifs, éducatifs ou encore stratégiques qui peuvent se jouer pendant 15 minutes à 45 minutes.

Il va sans dire que vous trouverez votre bonheur dans les jeux édités pas Cocktail Games.

Voici donc les 7 questions à Matthieu d’Epenoux

1- Quel âge aviez vous lorsque vous avez joué à votre premier jeu de société et qu’était-il?

«A l’âge de 10 ans j’imagine. Je me souviens des classiques parties de Monopoly et 1000 bornes en famille. J’ai aussi beaucoup joué avec mon père à l’Attaque qui est un jeu très proche de Stratégo.»

2- Pourquoi et comment avez vous décidé d’éditer de publier des jeux de sociétés?

«Disons que cela s’est un peu fait accidentellement. J’ai créé Interlude en 1997 avec l’idée d’amener le jeu dans les entreprises au travers d’animations structurées destinées à répondre à des besoin en communication interne et externe. La société a démarré difficilement et explosé en chiffre d’affaires dès la deuxième année. Qui dit jeux organisés, dit aussi challenges et lots. Et force est de constater que les jeux que j’achetais comme lots ne me convenaient pas. J’avais dans les tiroirs un jeu nommé Contrario (co-créé avec Roberto Fraga et Odet l’Homer) que j’ai décidé d’éditer mais sans volonté de le mettre dans un réseau de distribution classique. Comme les retours sur ce jeu étaient excellents, j’ai approché quelques boutiques et le réseau Descartes qui a pris la décision de le distribuer. C’est là que j’ai appris ce qu’était un distributeur, des marges de distribution et pas mal d’autres choses. Comme cela a fonctionné on a continué avec Illico Presto et Unanimo puis les 10 premiers jeux de poche. Cela arrive!»

3- Quel sont vos 3 jeux de société favoris et pourquoi?

«Ils sont bien différents :

Quoridor, un des meilleurs jeux abstraits qui soit

Les Aventuriers du Rail, le jeu de plateau familial par excellence

Durch die Würste, un jeu un poil plus complexe que les deux précédents mais qui est formidable.»

4- Pour vous quel est la meilleur combinaison pour être publié/édité avec succès?

«Avoir une belle idée… C’est de là que çà part et autour d’elle que tout s’articule…»

5- Comment procédez pour publier un jeu?

« Editer un jeu c’est évaluer le risque et les chances de succès de son « futur bébé ». Même s’il y a une part d’irrationnel dans n’importe quel produit, il faut essayer de « sécuriser » au maximum son investissement en testant notamment en milieu non complaisant pour avoir des retours justes sur la chose et soit améliorer le projet de départ, soit y renoncer. Il faut aussi être convaincu que le produit que l’on s’apprête à mettre sur le marché est le meilleur que l’on a jamais publié jusque là sans cela autant changer de métier. Je trouve que le secteur professionnel est trop blasé, que la capacité d’émerveillement se fait de plus en plus rare et que l’on a tendance aujourd’hui à prendre le client final (qui est notre patron, ne l’oublions pas) pour une poire que l’on peut presser quand on a besoin de lui. »

6- Quel conseils donneriez vous à quelqu’un souhaitant être publié/édité?

1) Croire en son idée ;

2) Observer les tests de son jeu sans y participer et tirer les conclusions qui s’imposent ;

3) Ouvrir les yeux et regarder ce qui se passe en France mais aussi à l’étranger.

En bref être curieux de tout…

7- Pourriez vous nous donner une petite information sur votre prochain projet?

«Dans les tuyaux, MIMTOO FAMILY, une version pour les plus jeunes de MIMTOO.

Egalement KALEIDOS JUNIOR (même remarque que pour Mimtoo) et Perlinpinpin, l’adaptation française de Sleeping Queens qui est un jeu édité par Gamewright et un énorme carton aux Etats-Unis.»

Merci beaucoup Mr d’Epenoux pour avoir pris le temps de répondre aux 7 questions.
Pour plus d’informations sur Cocktail Games et leur séléction de jeux, visitez ce liens : http://cocktailgames.com/fr/cocktailgames/accueil
cocktail-games

 

Pensées sur le devenir d’Asmodée dans le monde du jeu de société

Games publisher

 

Comme nous l’avons tous ou presque appris, le 13 Novembre de cette année, le groupe financier Eurazeo ( Accor, Dessange, Europcar,…) est entré en discussion pour le rachat d’Asmodée la plus grosse compagnie d’édition de jeux de société en France mais aussi dans 7 autre pays comme les Etats-Unis, le Benelux et le royaume-Uni. Cette compagnie d’édition crée en 1995 a réalisé en 2012 un chiffre d’affaire de 110 millions d’euro soit une croissance de 13%!! Cela va sans dire que le monde du jeu en générale se porte bien et continu à grandir malgré la crise, toutes les nouvelles consoles de jeu et le jeux sur smartphone.

Alors pourquoi un groupe de financement comme Eurazeo veut-il investir 102 millions d’euro en fonds propres dans une entreprise dont sa valeur ressort est de 143 millions d’euros? Surtout un groupe financier qui n’a rien à voir avec le jeu de société?

Et cela est en faite pour l’industrie du jeu une bonne, voir très bonne nouvelle. Cela veux dire tout simplement qu’Asmodée se porte très très bien comme l’indiquait Virginie Morgon, Chief Investment Officer d’Eurazeo, qui a déclaré : « Nous avons été séduits par la capacité d’Asmodee à identifier et élaborer des jeux malins et innovants, tout en animant intelligemment son marché. Le profil de croissance de la société et son potentiel important de transformation tant en matière de nouveaux produits que de nouvelles géographies répondent entièrement aux critères d’investissement d’Eurazeo. Aux côtés des équipes d’Asmodee, conduites par Stéphane Carville, nous avons l’ambition de faire d’Asmodee un acteur mondial de l’édition et de la distribution de jeux».

Alors on peut avoir peur pour la future direction d’Asmodée! Personnellement, je ne m’inquiète pas pour Asmodée, ils détiennent 60% de parts de marché pour la distribution de jeux modernes suivi de Gigamic et de Iello, on verra si ce rachat se passe, des parts de marché évoluant pour Asmodée au niveau mondiale mais encore une fois dans ce marché grandissant de façon exponentiel, il y aura toujours de la place pour les autres distributeurs, qui serons toujours là pour s’occuper de jeux un peu moins grand publique au contraire des grands succès d‘Asmodée comme Jungle Speed, Dobble ou encore Time’s Up.

Rien qu’en France, il y a plus de 500 nouveaux jeux publiés par an, un réseau de plus de 400 boutiques spécialisées et plus de 12 millions de boîtes de jeux vendues dont 2,5 millions de boîtes de jeux dits «modernes»! Donc il y a un marché assez large et qui ne cesse de grandir grâce à l’énorme diversité des jeux proposés actuellement et au désir de se retrouver autour d’une table et d’échanger avec d’autre personnes. Pour cela, et c’est peut-être un paradoxe, on peut remercier les jeux vidéos!

Pour nous en tant que joueurs, ça veut dire certainement un plus grand nombre de jeux de société dit modernes pour satisfaire nos soirées. De plus le phénomène du crowdfunding lui aussi est de plus en plus important (voir l’article sur le succès de Zombicide) et permet a de jeunes créateurs de se lancer dans la création et l’auto-publication de leur jeu.

Je souhaite donc qu’Asmodée reste fidèle à son idéologie de «dépoussiérer l’image classique du monde du jeu» sans trop le dépoussiérer au risque de devenir à leur tour classique et qu’il se souviennent que c’est le monde du jeu dans lequel ils travaillent et non pour une compagnie du CAC 40. Nous serons toujours là pour voir ce qu’Asmodée deviendra.

 

7 questions à Antoine Bauza

bauza

Antoine Bauza

Plus de 20 jeux de société et de jeux de rôles créés seul ou avec d’autre créateurs (dont Takenoko, Rampage et Tokaido) et aussi des jeux vidéo (World of Lovecraft et Furry Tales). De prestigieuses et nombreuses récompenses (dont 2011 Spiel des Jahres Kennerspiel des Jahres Winner pour 7 Wonders et dernièrement 2013 Spiel des Jahres game of the year Winner pour Hanabi). Je peu dire qu’au moins un jeu de Mr Bauza est passé dans les mains de tout les joueurs et je peu même dire que les trois quart des joueurs ont dans leur ludothèque un jeu de ses jeux. C’est une des grandes figure de ce milieux comme Mr Cathala ou Mr Rosenberg et que j’ai eu la chance de brièvement saluer Mr Bauza au Salon International des Jeux de Cannes 2013.

Voici donc les 7 questions à Antoine Bauza.

1-Quel âge aviez vous lorsque vous avez joué à votre premier jeu de société et qu’était-il?

«Difficile de dire avec exactitude quel a été le premier jeu que j’ai découvert. Enfant, je me souviens avec jouer à des jeux de cartes traditionnels (Bataille, Mistigri, Belote) avec ma grand-mère maternelle. Je suppose que j’avais 5 ou 6 ans…»

2- Pourquoi et comment avez vous décidé de créer des jeux de sociétés?

«Je fais parti de la « génération jeu vidéo » ! Mon enfance a été bercé par cette nouvelle façon de jouer.

Travailler dans l’industrie du jeu vidéo était l’un de mes rêves de gosse. C’est ce que j’ai essayé d’accomplir à la fin de mes études (j’ai d’ailleurs une formation en informatique et j’ai suivi un des tous premiers enseignements en jeu vidéo disponible en France, dans une école qui s’appelle aujourd’hui l’ENJMIN).

Je n’ai malheureusement pas trouvé le job de mes rêves dans cette industrie. Je ne suis alors tourner vers un autre métier qui m’intéressait fortement, l’enseignement. En parallèle, j’ai commencé à jouer et à développer mes premiers jeux de société… Juste qu’à en faire mon métier.»

3- Quel sont vos 3 jeux de société favoris et pourquoi?

«- Magic the Gathering : un jeu qui a révolutionné notre petit monde et sans lequel je serai certainement pas Auteur de jeux aujourd’hui. J’y joue toujours régulièrement…

Kakerlaken Poker : l’ultime jeu de bluff selon moi

Through the Ages : certainement le jeu moderne auquel j’ai le plus joué après Magic…»

4- Pour vous quel est la meilleur combinaison pour un jeu à succès?

«Difficile de donner cette combinaison étant que le succès dépend beaucoup de facteurs « extérieurs » à l’auteur et/ou à l’éditeur : le public, le moment, la concurrence, la chance…

On peut éventuellement donner une recette pour faire un bon jeu : une idée originale et/ou solide, beaucoup beaucoup de travail de développement (faire jouer un maximum de joueurs), une bonne capacité d’observation et d’écoute pour façonner son jeu afin qu’il plaise à un public cible, une règle et une ergonomie mûris, réfléchis…»

5- Comment procédez pour créer un jeu?

«Je prend un morceau de vie (voyager, construire, lutter, faire pousser) et j’essaie de le transposer sur une table de jeu en veillant à le rendre amusant avant tout autre chose…»

6- Quel conseils donneriez vous à quelqu’un souhaitant créer un jeu de société?

«- Jouer. Jouer beaucoup et à toutes sortes de jeux (rôle, vidéo, enfants, adultes, sur table, d’extérieur).

– Travailler sur plusieurs jeux et pas sur un seul

– Prendre du plaisir»

7- Pourriez vous nous donner une petite information sur votre prochain projet?

«Je consacre actuellement beaucoup d’énergie à « Sinbad », mon prochain jeu coopératif, un jeu ambitieux avec pas mal de matériel et beaucoup d’aspect à travailler ! Le futur de 7 Wonders occupe également une part de mon temps…»

Merci à Antoine Bauza d’avoir pris de son temps pour répondre à ces questions. Pour plus d’informations voici le site d’Antoine: http://www.antoinebauza.fr/