Archives du mot-clé Vincent Dutrait

7 questions à Ludovic Barbe aka Ludtche

Ludtche

 

Au fil des salons de jeux, des événements ludiques,  j’ai toujours fait de bonnes rencontres car il faut le dire que les personnes de cette industrie sont toujours très sympathiques, du moins je n’ai pas rencontré de personnes avec qui le contact ne passait pas jusqu’à maintenant!

Une de mes meilleures rencontres fut celle de Ludovic Barbe dit Ludtche et sa femme Patricia. Ce fut un réel bonheur de rencontrer ces gens du nord, de Bergues précisément qui sont d’une très grande gentillesse et sont derrières les éditions Facily Jeux.

À part l’édition de jeux, Ludtche est ausssi et surtout un créateur de jeux. En  2012 il a sorti Pan, t’es mort ! son premier jeu illustré par Mathieu Collangettes. Ensuite Colis Party sortira en 2014 illustré par le même artiste. Puis tout dernièrement, Ludtche a créé avec Bruno Cathala Dragon Run un jeu illustré par Vincent Dutrait et édité par Blue Orange.

C’est jeux sont des jeux familiaux très sympathiques que je recommande vivement et si vous en voulez plus, pour pouvez participer au financièrement du prochain jeu de Ludtche : Rythm ‘n’ Play.

Voici le lien pour le financement participatif : http://fr.ulule.com/rnp/

Voici donc les 7 questions à Ludovic Barbe aka Ludtche

1 – Quel âge aviez-vous lorsque vous avez joué à votre premier jeu de société et qu’était-il ?

“Avec mon prénom j’étais prédestiné à jouer ! Mon premier jeu de l’ère moderne fut  » Citadelle » comme beaucoup, je crois et je devais avoir aux alentours de 30 ans…”

2 – Pourquoi et comment avez-vous décidé de créer des jeux ?

“A cause ou grâce aux amis. Me voyant passionné de jeux ils m’ont « forcé » à en créer… Et de fil en aiguille  » Pan, t’es mort !  » a vu le jour…”

3 – Quel sont vos 3 jeux de société favoris et pourquoi ?

“Difficile de répondre mais, je dirais : « Neuroshima Hex » (jeu auquel nous jouons le plus avec ma douce et tendre Patricia), « Les Aventuriers du Rail » de part sa simplicité et pouvant réunir beaucoup de non-joueurs et un bon « Time’s Up  » reste excellent en grand groupe… Mais ma ludothèque compte environ 300 jeux et tous sont joués au moins une fois par an !”

4 – Pour vous quelle est la meilleure combinaison d’un jeu à succès ?

“De belles illustrations, une mécanique originale bien adaptée au thème et surtout son envie d’y rejouer tout simplement !”

5 – Comment procédez pour créer un jeu ?

“Je n’ai pas beaucoup d’expérience de ce côté-là ! Mais les jeux que je crée proviennent d’un « déclic  » !  » Pan, t’es mort ! » provient de notre petit-fils qui jouait à  » Pan, t’es mort !  » comme beaucoup de petits garçons. «  Colis Party  » provient de  » Bienvenue chez les Chti’s « , vu que nous sommes de Bergues et de notre fils qui est facteur. Ensuite je cherche une mécanique qui s’adapte bien…”

6 – Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un souhaitant créer un jeu ?

“De le faire par passion et de faire plaisir aux gens. Si le but est de gagner de l’argent c’est voué à l’échec à 95%…”

7 – Pourriez-vous nous donner une petite information sur votre prochain projet ? (cette question a été répondue avant la sortie de Dragon Run)

“En tant qu’auteur seul et si « Colis Party  » devient rentable, le prochain jeu sera dans le thème musical ( je suis musicien amateur). Par contre, un jeu avec un grand auteur (Bruno Cathala)  est en cours et sera sur le thème d’un groupe d’aventuriers poursuivi par un dragon: Dragon Run

Merci Ludtche pour avoir répondu aux 7 questions. N’oubliez pas le financement participatif pour R ‘n’ P : http://fr.ulule.com/rnp/

Pour en savoir plus sur Facily Jeux: http://www.facilyjeux.com/index.php?lang=fr

R 'n' P

Publicités

7 questions for Vincent Dutrait

Vincent Dutrait. Photo de Derek Thompson
Vincent Dutrait. Photo de Derek Thompson

Today is another one of those illustration magician who answer to the 7 questions. One of those people who by his work and his talent makes us travel in different worlds and adds a very important dimension to the pleasure of playing.

Vincent Dutrait who shared his time between France and South Korea, is a prolific illustrator and his illustrations are always very rich. Out of the Emile Cohl school in Lyon in 1997, he taught there as a professor of comics and illustration. He has illustrated a lot of games like, among others, Augustus, Dead or Alive, Diplomacy, Tikal II, Longhorn, Madam Ching and also Lewis and Clark from Cédrick Chaboussit.

Here are7questions forVincentDutrait.

1 . How old were you when you played your first board game and what was it?

« I was a kid and my first memories of games I remember are Inkognito, The Mysteries of Peking; Fireball Island, Black Cannon, among others. And I also have fond memories of Dungeons & Dragons, the Black Eye for role playing. « 

2 . Why and how did you decided to illustrate board games ?

« In the early 2000s, I took my first steps in the game world (since 1997 I only worked for the youth edition) for role playing games (Guild 2) and magazines like Backstab and D20. One thing leading to another, I met the Asmodee team who offered me Dead or Alive. Thereafter I illustrated a few games with a form of interruption until 2009 and a « return » in the game world with Water Lily and Tikal 2. Since collaborations are connected and I’m working on 3 ~ 4 games projects a year. « 

3 . What are your 3 favorite games company and why ?

« There’s a lot … but to summarize, I would say Ticket to Ride, Tikal 2 and recently Robinson Crusoe. I also enjoy many small card games, games for two players, those called abstract. But too often monopolized by mountains of things to do, I lack time to play and I have a soft spot for games that provide a great sense of accomplishment. Those in renewed pleasure because of the diversity of approaches, those who make me live an experience. Even if I miss my game, I want to have some final satisfaction of having completed a development, a story. And without driving me mad. Also very sensitive to images and to the meaning they convey, I need strong and immersive universes with accomplished aesthetic and tidy. « 

4 . For you what is the best combination for illustrate a game successfully ?

 » This is a very delicate equation . Over the collaborations, I seem to have identified several parameters including three essential . The first is a story of the cursor. Find – upstream – the right tone , the right approach to stick as close to the game as possible and from what it feels . What is the target ? Is the game more family oriented or more advanced players even long run players? What will be the most suitable optical adapted to the images ? A capital gymnastics to get the project back on track . Then it is more technical. The illustration is in the service of the game , as a cover for a novels or illustrated album for young readers. The difference is that for the game, the artwork must sit and transmit mechanical . The relationship between the structure , the material, the mechanic of the game and the impact of images is very very important. The illustration must not interfere with the smooth running of the game, but instead make it fluid , the illustration must be legible at a distance or in hand to give body to an action, an effect, a character, an existing environment… Finally, I do not illustrate a game for a publisher but to the players. We must keep in mind that the illustration must transmit and share the intentions of the author, the story , depicts the universe. I can communicate with players via the colors, framing, staging and choice of representation. « 

5 . How do you proceed to illustrate a game ?

« First of all , while bringing docs and references together , I want to play the game and even at the state of the very basic prototype . This allows me to better understand the mechanics but also capture the  » feeling  » around the table, what the players will tell, how the game will be  » put to words « . This is very important because the illustrations are not intended to be viewed on screen or only in hand. A token will perhaps spend most of the game on the table , a card returned , a board viewed from various angles and viewpoints. I need to understand the use to be made of my images to organize them the best way . Once the tone and guideline are seated, I just sketch everything , board, cards , tiles, etc. . I work with the editor to adjust all this because even with a good overall vision of a game , it is not always easy to capture all the subtleties and discussions always turn constructive . Then I get out my paints and brushes , my paper, and start coloring that it is referred to as « traditional » . I only use the digital and computer to adjust or prepare sketches for example my images for printing .  »

6 . What advice would you give to someone wishing to illustrate a board game ?

« Feed yourself images continuously. Be curious. Play, play a lot and get involved. The game world is encoded with its successes and crashes, habits and traditions, modes and its pillars. I follow very carefully everything that is done and said through forums, websites, blogs, videos. Not to be always up to date but to understand and learn, develop and enrich my imagination and my techniques to offer players new experiences and new approaches through my illustrations. « 

7 . Could you give us some information on your next project ?

« These days, I work hard on a script for the game TimeStories from Manuel Rozoy with Space Cowboys. This is particularly complex and dense, very narrative. There are a lot of cards and some consist of large panoramas in which players will progress. It is a universe and a medieval-fantasy adventure in the same spirit as Dungeons & Dragons. I am also delighted to immerse myself in these fantastic and strange moods and hopes to shine the eyes of the players! « 

Thank you Vincent for your time. For more information on the work of Vincent: http://www.vincentdutrait.com/

V. Dutrait atelier

7 questions à Vincent Dutrait

Vincent Dutrait. Photo de Derek Thompson
Vincent Dutrait. Photo par lui même

 

Aujourd’hui, c’est encore un de ces magicien de l’illustration qui répond aux 7 questions. Une de ces personnes qui par son travail et son talent nous fait voyager dans des univers différents et qui ajoute une dimension très importante au plaisir de jouer.

Vincent Dutrait qui a partagé sa vie entre la France et la Corée du Sud, est un illustrateur très prolifique et ces illustrations sont toujours très riches. Sorti de l’école Emile Cohl à Lyon en 1997, il y enseignera en tant que professeur de BD et d’illustration. Il a illustré donc un grand nombre de jeux comme, entre autre, Augustus, Mort ou vif, Diplomacy, Tikal II, Longhorn, Madame Ching et également Lewis et Clark de Cédrick Chaboussit.

Voici donc les 7 questions à Vincent Dutrait.

1 . Quel âge aviez-vous lorsque vous avez joué à votre premier jeu de société et qu’était-il ?

“J’étais tout gamin et mes premiers souvenirs de jeux de société qui reviennent ce sont Intrigues à Venise, Les Mystères de Pékin, L’Île Infernale, Canon Noir, entre autres. Et j’ai aussi de bons souvenirs de Dungeons & Dragons, l’Œil Noir, pour les jeux de rôle.”

2 . Pourquoi et comment avez-vous décidé d’illustrer des jeux de sociétés ?

“Au tout début des années 2000, j’ai fait mes premiers pas dans le milieu ludique (depuis 1997 je ne travaillais que pour l’édition jeunesse) pour des jeux de rôle (Guildes 2) et des magazines comme Backstab et D20. De fil en aiguille, j’ai rencontré l’équipe d’Asmodée qui m’a proposé Mort ou Vif. Par la suite j’ai illustré quelques jeux avec une forme d’interruption jusqu’en 2009 et un « retour » dans le monde du jeu avec Water Lily et Tikal 2. Depuis les collaborations s’enchaînent et je travaille sur 3~4 projets de jeux par an.”

3 . Quel sont vos 3 jeux de société favoris et pourquoi ?

“Il y en a beaucoup… mais pour synthétiser, je dirais Les Aventuriers du Rail, Tikal 2 et tout récemment Robinson Crusoé. J’apprécie aussi beaucoup de petits jeux de cartes, les jeux à deux, ceux dits abstraits. Mais, trop souvent accaparé par des montagnes de choses à faire, je manque de temps pour jouer et j’ai un faible pour les jeux qui procurent un grand sentiment d’accomplissement. Ceux au plaisir sans cesse renouvelé par la diversité des approches, ceux qui font vivre une expérience. Même si je rate ma partie, je souhaite avoir au final une certaine satisfaction d’avoir mené à bien un développement, une histoire. Et ce sans prise de tête excessive. Aussi, très sensible aux images et au sens qu’elles transmettent, j’ai besoin d’univers forts et immersifs aux esthétiques abouties et soignées.”

4 . Pour vous quel est la meilleure combinaison pour un illustrer un jeu avec succès ?

“Voilà une équation bien délicate. Au fil des collaborations, il me semble avoir cerné plusieurs paramètres dont trois essentiels. Le premier c’est une histoire de curseur. Trouver – en amont – le bon ton, la bonne démarche pour coller au plus près du jeu et de ce qu’il dégage. Quelle est la cible ? Le jeu est-il dit familial ou plus axé joueurs avancés voire marathoniens ludiques ? Quelle sera l’optique la plus adaptée aux images ? Une gymnastique capitale pour mettre le projet sur de bons rails. Ensuite c’est plus technique. L’illustration est au service du jeu, comme pour une couverture de romans ou pour un album jeunesse illustré. A la différence que pour le jeu, l’illustration doit asseoir et transmettre une mécanique. Le rapport entre la structure, le matériel et les rouages du jeu et l’impact des images est très très important. L’illustration ne doit pas parasiter le bon déroulement de la partie mais au contraire le rendre fluide, l’illustration doit être parfaitement lisible, à distance ou en main pour donner corps à une action, un effet, un personnage, un environnement en place… Pour finir, je n’illustre pas un jeu que pour un éditeur mais plutôt pour les joueurs. Il faut bien garder en tête que l’illustration doit transmettre et partager les intentions de l’auteur, l’histoire racontée, l’univers dépeint. Je peux communiquer avec les joueurs via les couleurs, cadrages, mises en scènes et choix de représentation.”

5 . Comment procédez-vous pour illustrer un jeu ?

“Tout d’abord, tout en réunissant docs et références, je souhaite jouer au jeu. Et ce même à l’état de proto très basique. Cela me permet de mieux comprendre la mécanique mais surtout saisir le « feeling » autour de la table, ce que vont dire les joueurs, comment le jeu va être « verbalisé », les gestes qui seront accomplis. C’est très important car les illustrations ne sont pas destinées à être vues sur écran ou uniquement en main. Un jeton passera peut-être le plus clair de la partie posé sur la table, une carte elle retournée, un plateau vu sous plusieurs angles et points de vue. J’ai besoin de comprendre l’utilisation qui sera faite de mes images pour les agencer au mieux. Une fois que le ton et la ligne directrice est calée, je crayonne tout, plateaux, cartes, tuiles, etc. Je travaille avec l’éditeur pour ajuster tout ceci car même avec une bonne vision d’ensemble d’un jeu, il n’est pas toujours évident d’en capter toutes les subtilités et les discussions se révèlent toujours constructrices. Ensuite je sors mes peintures et pinceaux, mon papier, et me lance dans la mise en couleurs que l’on qualifie de « traditionnelle ». Je n’utilise le numérique et l’ordinateur que pour ajuster les crayonnés par exemple ou préparer mes images à l’impression.”

6 . Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un souhaitant illustrer un jeu de société ?

“S’abreuver d’images, continuellement. Être curieux. Jouer, beaucoup jouer et s’impliquer, s’engager. Le monde du jeu est codé, avec ses succès et ses plantages, ses habitudes et ses traditions, ses modes et ses piliers. Je suis avec une grande attention tout ce qui se fait et se dit via les forums, sites, blogs, vidéos. Non pas pour être toujours à la page mais plutôt pour mieux comprendre et apprendre, développer et enrichir mon imaginaire et mes techniques, afin de proposer aux joueurs de nouvelles expériences et de nouvelles approches par le biais de mes illustrations.”

7 . Pourriez-vous nous donner une petite information sur votre prochain projet ?

“Ces temps-ci, je travaille avec acharnement sur un scénario pour le jeu TimeStories de Manuel Rozoy chez les Space Cowboys. C’est complexe et particulièrement dense, très narratif. Il y a beaucoup de cartes et certaines composent de grands panoramas dans lesquels les joueurs vont progresser. C’est un univers et une aventure médiéval-fantastiques dans le même esprit que Dungeons & Dragons. Je suis d’ailleurs enchanté de me replonger dans ces ambiances fantastiques et étranges et espère faire briller les yeux des joueurs !”

Merci Vincent pour ton temps. Pour plus d’informations sur le travail de Vincent : http://www.vincentdutrait.com/

V. Dutrait atelier